Préface du livre "Les rites maçonniques égyptiens"


Divers rites maçonniques sont en usage en France. Ils donnent à notre « génie national » cet aspect composite et pour tout dire un peu désordonné que nous nous plaisons à qualifier d’exception. Le rite égyptien est une belle exception qui, depuis deux siècles, malgré ses ramifications internationales, a trouvé dans notre pays un berceau et une terre d’élection. C’est un rite paradoxal, sachant mêler des filiations et des démarches qu’un esprit simpliste prendrait pour contradictoires. Rite de tradition, il a toujours fermement campé sur les terres républicaines, donnant même souvent l’exemple des combats à mener. Il a su aussi, tôt, s’ouvrir aux femmes. Enfin, il nourrit à partir de ses racines antiques une spiritualité particulièrement actuelle, à mille lieues des religions révélées et dogmatiques.

Le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm est une pièce vivante du patrimoine du Grand Orient de France, qui ne prétend pas pour autant le monopoliser. Toutefois, la crise qui a secoué les rites égyptiens dans la décennie des années 1990 a montré que la franc-maçonnerie, en continuant à se morceler en petites obédiences, multipliait les risques de toutes natures. Elle a permis d’identifier la confusion entre rite et obédience, entretenue par ceux dont la haute « mission initiatique » s’est révélée être un alibi aux pires tyrannies domestiques. Enfin, elle a montré que les régulations au sein de l’Ordre maçonnique relèvent d’une responsabilité collective. Il faudra encore du temps pour mettre en place les mécanismes qui permettront à cette dernière de s’exercer.

Dans ce contexte, ce petit ouvrage est un salubre exercice de présentation philosophique et morale du rite égyptien. Dense et exigeant. A l’heure où ce rite entame, dans ses saines composantes, une mue bénéfique, il était utile et opportun d’apporter une contribution de mémoire qui, pour une fois, s’attachait à restituer l’Esprit plutôt que l’Histoire. Progressivement, l’image brouillée et la réputation ternie laissent la place au respect et à la curiosité auxquels ont droit toutes les facettes de notre culture maçonnique. L’avenir de la franc-maçonnerie dépendra en grande partie de sa capacité à se tourner vers l’avenir sans se trahir. D’évidence, l’évolution de cette composante là et sa capacité à nous enrichir participent des réponses à trouver. Bon courage à elle et bonne lecture à tous.

Gérard Cambuzat

Premier Grand Maître adjoint du Grand Orient de France

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
Social Medias

Politique de confidentialité
Copyright © 2019 Jean-Louis de Biasi

Tous droits réservés

  • My Facebook Page
  • My YouTube Channel
  • My Twitter